affiche-La-Source-des-femmes-2010-1

 

En lien direct avec mon précédent article sur la journée mondiale de la femme, j'ai décidé de vous présenter un film sorti en 2011 qui avait fait parlé de lui notamment de par sa nomination au festival de Cannes mais aussi par l'originalité des thèmes qu'il aborde. La source des femmes réalisé par Radu Mihaileanu apparaît à bien des égards comme une petite perle du cinéma, alternant entre le drame et la comédie, ne cessant d'interroger le spectateur sur de nombreux sujets et notamment le rapport de la société musulmane (mais pas uniquement car la réflexion peut s'étendre plus largement) envers les femmes.


La réflexion globale du film s'organise autour de la lutte pour l'eau dans un petit village fictif, entre l'Afrique du Nord et le Moyen-Orient. En accord avec une tradition séculaire, les femmes du village doivent chaque jour aller chercher l'eau directement au puits se situant en haut d'une colline difficilement accessible. Cette marche épuisante sous le soleil, transforme alors l'oasis de vie que représente l'eau et la source en un lieu où les femmes enceintes contraintes de se plier à ce dur exercice, perdent leurs enfants et où la mort prend pas sur la vie. Face à cette situation qu'elle juge intolérable, Leila une jeune femme du village, décide de persuader les autres femmes que la recherche de l'eau doit revenir aux hommes qui passent alors leur temps à jouer aux cartes ou à boire le thé sur la place du village. Afin de contraindre les hommes, Leila, aidée par Vieux Fusil la sage du village convainc alors les femmes d'entammer une "grève de l'amour"... 

On pourrait avoir peur que le film se transforme en une ridicule comédie pleine de niaiserie et de ressorts faciles pour autant Radu Mihaileanu évite cet écueil et livre une oeuvre profonde oscillant entre la tension, la dureté de certains hommes et l'humour parfois décalé qui s'illustre parfaitement bien lors de la première danse traditionnelle des femmes adressée à des touristes de passage mais qui en réalité est une revendication de leur grève directement destinée aux hommes. Et si La source des femmes ne traite pas uniquement de la condition de la femme dans la société musulmane mais également de la question religieuse en générale, des violences conjugales, de la sécheresse et de ses impacts sur la vie, c'est avec brio, en effet en tant que spectateur tout semble être posé clairement, la multiplicité des thèmes ne suppose pas que ces derniers soient traités à la va-vite.

Que le ravissement provienne des décors somptueux, des différentes scènes de danse, de la mise en scène d'une vie figée qui ne résiste finalement pas au changement, il semble que le réalisateur ait véritablement voulu incarner son film d'une aura qui lui est propre, la bande-son est parfaitement adapté, les images et les évènements sont bien rythmés et la trame de fond ne manque pas de sérieux. Car ce qui marque peut-être le plus dans ce long métrage c'est l'affrontement de la tradition et de la modernité, des idées préconçues et des pensées vivantes et véritables. Peut-être que tout cela est transcrit à l'écran par les contradictions d'une certaine société musulmane mais selon moi, il convient de ne pas s'arrêter et stigmatiser les problèmes soulevés par Mihaileanu comme appartenant uniquement à l'islam, La source des femmes est bien plutôt un appel général à la lumière d'une raison humaine qui doit vaincre les tabous et les clichés pour que chacun et chacune puissent affirmer ses choix, sa liberté. D'ailleurs les sources d'inspiration de l'histoire sont multiples, si l'une d'entre elle vient directement d'une véritable révolte des femmes d'un petit village de Turquie pour l'eau courante, une autre est purement fictive et provient d'une comédie écrite par Aristophane intitulée Lysistrata où une femme appelle à la grève du sexe pour faire cesser la guerre entre Sparte et Athènes. Remettre en question les traditions et faire bouger les mentalités peut faire peur certes, mais lorsque ceci est fait intelligemment, c'est finalement les valeurs telles que le respect et l'amour qui triomphent à l'image de ce film!

"Aide-moi, Vieux Fusil. Je ne suis pas forte. Comment je dois m'opposer à mon mari ? Il me prend, tous les soirs, et me fait mal. J'ai peur qu'il réveille les enfants.

- Donc, tu ne fais pas la grève. Écoute. Mets de l'ail et des piments dans tes cheveux, ça le fera éternuer, et la mauvaise odeur le repoussera. Et aussi, couvre-toi d'un pantalon et d'une ceinture difficile à défaire. Si ça ne marche toujours pas, à chaque fois qu'il s'approchera de toi, lève-toi,
va couvrir un des enfants et allonge-le entre vous. Dis-lui qu'il est malade, il n'y verra que du feu. Et si ça ne marche toujours pas, tu m'appelles, je me coucherai entre vous deux. Et on verra s'il me touche !"

 

Je vous laisse avec la bande annonce ci-dessous et ce lien vers le site dédié au film très beau et riche en bonus!