Food_Help_Malawi_Africa

Au-delà des défis proprement  humanitaires -  éradiquer la sous-nutrition et la malnutrition, - l’agriculture de demain devra également répondre à d’importants impératifs tant écologiques qu’économiques. Partant de ce ce postulat, un collectif d’experts de Sciences Po, évoque dans un rapport intitulé "Fin de la faim : comment assurer la transition agricole et alimentaire?" des pistes afin d’établir un modèle agricole durable et équitable.

Si ce mode de production est pour eux le seul à même de proposer une agriculture viable pour demain, les auteurs ne cachent pas que sa mise en place nécessite un large bouleversement dans la conception que nous nous faisons de l’agriculture au niveau mondial. L’erreur aujourd’hui est de considérer l’agriculture comme un secteur économique ordinaire, dont le seul rôle est de nourrir et de produire de la richesse. Sortir de ce modèle de production agro-industriel est impératif, car il entraine l’érosion des sols, une menace pour la biodiversité et qui plus est, paupérise les petits producteurs.

Selon ce rapport, il est essentiel pour envisager la production agricole de demain d’engager une transition vers un modèle de production axé sur l’intensification écologique. A contrepied de la standardisation des modes de productions et des produits, les auteurs appellent notamment à réintégrer les spécificités locales et régionales agricoles. Définir une agriculture mondiale n’implique pas nécessairement une normalisation forcenée de la production agricole. Au contraire, redonner à l’agriculture toutes ses couleurs locales lui permettrait d’être durable, respectueuse de l’environnement tout en étant génératrice d’emplois.

F.L

Pour retrouver l'intégralité du rapport c'est ici.